Arts Research Monitor articles, category = Reading, writing, publishing and literacy

Basé sur un sondage auprès de plus de 2 000 Canadiens (comprenant des échantillons importants de jeunes et d’autochtones), ce rapport présente des données sur la fréquentation des activités liées aux arts et au patrimoine; la participation personnelle aux arts; et les perceptions des activités culturelles et du soutien public des arts. Le rapport conclut qu’il existe « un engagement public élevé envers les arts et la culture au Canada ».

Rapport sommaire (Public Opinion on the Value of Books in the English Language Book Sector)

Le fruit de cinq pistes de recherche (deux sondages en ligne, deux séries de groupes de discussion et des interviews avec des personnes-ressources clés), ce rapport résume « les attitudes actuelles des Canadiens anglophones à l’égard de la valeur culturelle et économique des ouvrages imprimés ». De nombreux Canadiens et Canadiennes anglophones consacrent une bonne partie de leurs heures de loisir à la lecture : 80 % d’entre eux passent de cinq à huit heures par semaine à lire, « ce qui correspond à environ un quart de toutes leurs heures de loisir ». La moitié des répondants affirment lire des ouvrages sur support numérique. Un acheteur moyen dépense environ 300 $ par année pour des livres, ce qui correspond à 250 $ par année par adulte anglophone au Canada, ce qui comprend ceux qui n’ont pas acheté de livres au cours de l’année précédente.

Ce rapport de Statistique Canada examine les répercussions économiques directes des arts, de la culture et du patrimoine au Canada, en utilisant une méthodologie comparable à d’autres secteurs de l’économie. Statistique Canada estime que les répercussions économiques directes des biens et services culturels étaient de 47,8 milliards de dollars en 2010, ou 3,1 % du produit intérieur brut (PIB). En 2010, il y avait 647 300 emplois directement liés aux produits culturels, ou 3,7 % de l’emploi total. Les répercussions économiques directes de la culture (47,8 milliards) sont environ dix fois plus importantes que les répercussions estimées des sports (4,5 milliards).

(How a Nation Engages with Art: Highlights from the 2012 Survey of Public Participation in the Arts)

L’enquête de 2012 sur la participation du public aux arts du National Endowment for the Arts a collecté des données sur les activités artistiques de plus de 37 000 Américains de 18 ans et plus. Le rapport renferme des faits saillants sur la participation aux arts aux États-Unis.

(Canadians Reading Canadians – How interested are Canadians in reading Canadian content?)

Basé sur un sondage auprès de 1 005 Canadiens anglophones de 18 ans et plus qui ont acheté un livre au cours du mois précédent le sondage (qui s’est déroulé de juillet à septembre 2012), ce rapport constate que seulement 24 % d’entre eux savaient qu’ils avaient lu un ouvrage d’un auteur canadien au cours de la dernière année. En tout, 43 % des acheteurs anglophones de livres n’étaient pas sûrs s’ils avaient lu un ouvrage d’un auteur canadien, tandis que 34 % ont indiqué qu’ils pouvaient affirmer qu’ils n’avaient pas lu d’ouvrage d’un auteur canadien au cours de l’année précédente.

(Associations Between Length of Music Training and Reading Skills in Children)

Cette étude voulait découvrir « si la formation musicale est associée à une capacité de lire de niveau supérieur comme la compréhension de la lecture » chez 46 enfants de six à neuf ans « à rendement normal ». L’étude a constaté que « la durée de la formation musicale prédit la capacité de compréhension de la lecture même lorsqu’on tient compte de variables telles que l’âge, la situation socio-économique, la perception auditive, le quotient intellectuel à l’échelle complète, le nombre d’heures que les enfants consacrent à la lecture chaque semaine, et la capacité de décoder les mots ». Contrairement aux études précédentes, l’étude n’a pas trouvé de corrélation entre la formation musicale et la capacité de décoder les mots.

La conclusion la plus élémentaire de ce rapport de l’Observatoire de la culture et des communications du Québec est que les mères lectrices ont tendance à avoir des enfants lecteurs. Cette analyse est basée sur l’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec, un sondage annuel auprès d’un échantillon représentatif de parents d’enfants nés au Québec en 1997-1998.

Basé sur un sondage auprès de 1 001 Canadiens de 18 ans et plus réalisé en juin et juillet 2012, ce rapport examine l’assistance et la participation personnelle à des activités artistiques, culturelles et patrimoniales ainsi que les perceptions à l’égard des activités artistiques et culturelles et à l’égard du soutien accordé par les gouvernements à la culture.

Un sondage réalisé en février 2012 (Dénombrement annuel de livres) a révélé que « les ventes de livres numériques constituent 10 % du total des ventes de livres au Canada anglais. Les bibliothèques publiques ont déclaré que 3 % de leurs prêts sont en formats numériques. Cette constatation place le Canada anglais aux premiers rangs des estimations internationales de lecture électronique. » Un autre sondage, paru à l'automne 2012, indique que les ventes de livres numériques représentent environ 16 % de tous les livres vendus au Canada, les livres de poche, 47 % du marché et les livres reliés, 24 %.

Sommaire

Basé sur une revue de la littérature et des consultations auprès de 250 professionnels des arts et travailleurs du secteur culturel, ce rapport examine l'impact des technologies numériques sur les ressources humaines du secteur culturel. Le rapport avance également qu'à un moment où « l'économie canadienne poursuit sa transition vers une économie fondée sur le savoir, on ne saurait que constater l'importance grandissante de la créativité inhérente au secteur culturel. »