Étude nationale sur la rémunération des gestionnaires et administrateurs des organismes sans but lucratif du domaine des arts de 2017

Publié par : 

Basé sur une enquête nationale à laquelle 436 organismes artistiques ont répondu à la fin de 2017, ce rapport renferme des renseignements au sujet des salaires et des avantages sociaux de 21 postes de direction et d’administration dans les organismes artistiques sans but lucratif du Canada. Les profils des postes et le détail des salaires par poste, taille et région du pays se trouvent dans les annexes du rapport.

Les 436 répondants représentent environ 10 % de tous les organismes ciblés par l’enquête. Comme c’est le cas de toutes les enquêtes à participation ouverte, il n’est pas sûr que les participants constituent un échantillon représentatif de tous les organismes artistiques au Canada. Il semblerait que les organismes établis au Québec sont surreprésentés dans l’échantillon (38 % des répondants, mais seulement 23 % de la population canadienne). C’est pour cette raison ainsi qu’à cause du nombre différent de répondants au fil du temps que des comparaisons à une enquête semblable en 2008 (avec 219 répondants) doivent être faites avec prudence.

Le poste le plus souvent déclaré dans les organismes artistiques est le directeur administratif ou général (déclaré par 373 des 436 organismes répondants). Le salaire médian (c’est-à-dire le « salaire de base ») des directeurs administratifs ou généraux était de 60 900 $ en 2017, ce qui est considérablement inférieur au salaire médian de l’ensemble du secteur des organismes sans but lucratif (226 000 $) et des autres secteurs de l’économie (344 500 $).

Le deuxième poste le plus souvent déclaré par les organismes artistiques était « directeur ou gestionnaire du marketing et des communications » (151 des 436 répondants). Le salaire médian des titulaires de ce poste était de 51 400 $ en 2017, ce qui est également très inférieur au salaire médian de l’ensemble des organismes sans but lucratif (136 000 $) et des autres secteurs de l’économie (154 600 $).

Rappelons que les organismes artistiques ont tendance à être plus petits que leurs homologues sans but lucratif et que ceux des autres secteurs de l’économie. Toutefois, même les organismes artistiques ayant un budget de fonctionnement de plus de 5 millions de dollars ont des salaires médians (179 700 $ pour les directeurs administratifs ou généraux et 93 200 $ pour les directeurs ou gestionnaires du marketing et des communications) inférieurs à ceux des autres types d’organismes.

Lorsqu’on compare d’autres aspects des ressources humaines à ceux des autres secteurs de l’économie, la situation du secteur des arts n’est pas non plus très enviable :

  • « En 2017, le taux moyen de roulement volontaire du personnel a été calculé à 13,3 % », ce qui est très supérieur à la moyenne de 7,1 % des autres secteurs de l’économie.
  • « La portée et la fréquence des avantages offerts dans l’ensemble du secteur culturel sont disproportionnellement basses par rapport à ceux qui sont offerts dans d’autres secteurs. »
  • La prévalence de régimes d’épargne-retraite est également assez faible par rapport aux autres secteurs.

D’autre part, la plupart des organismes artistiques (y compris 73 % des organismes ayant un budget de fonctionnement inférieur à 1 000 000 $) offrent des horaires flexibles.

La principale priorité en matière de ressources humaines chez les organismes répondants était « la gestion du sous-effectif et de la surcharge de travail » (choisi par 53 % des répondants), suivie des « possibilités d’avancement professionnel » (22 %), « la rémunération et les avantages sociaux » (18 %), et « la planification de la relève et la transition entre cadres » (17 %). Les principales difficultés de gestion comprennent « les charges de travail excessives et le manque de ressources ». Le rapport estime que « les petits organismes artistiques… sentent de plus en plus de pression des contraintes budgétaires ».

Selon les données sur les salaires, les organismes artistiques avec des budgets de fonctionnement élevés versent généralement des salaires plus élevés. Les organismes en Ontario et au Québec ont tendance à avoir des niveaux de rémunération plus élevés que ceux des autres régions et ils ont aussi tendance à être plus gros que ces dernières. Pour les organismes artistiques ayant un budget de fonctionnement entre 1 000 000 $ et 5 000 000 $, la Colombie-Britannique et les Prairies arrivent aux premiers rangs pour les pratiques de rémunération pour certains postes. Aucune tendance régionale ne se dégage pour les organismes ayant un budget entre 250 000 $ et 1 000 000 $.

Quant aux avantages sociaux, « les grands organismes du domaine des arts offrent deux à trois plus souvent des avantages sociaux complets que les petits organismes. » En effet, chacun des neuf types d’avantages liés à la santé n’est offert que par moins d’un tiers des organismes ayant un budget inférieur à 1 000 000 $. Certains de ces avantages (assurance vie, assurance maladie complémentaire, assurance pour invalidité de longue durée, et assurance en cas de décès accidentel et en cas de mutilation) sont offerts par plus de 70 % des organismes ayant un budget de fonctionnement supérieur à 1 000 000 $.

Le rapport conclut que « si les salaires de base et l’ensemble des conditions de rémunération ne sont pas à la hauteur des tendances du marché, cela pourrait représenter un risque pour les organismes du secteur en ce qui a trait au roulement de personnel et à l’épuisement professionnel en raison de la charge de travail. »

Summary: 

Basé sur une enquête nationale à laquelle 436 organismes artistiques ont répondu à la fin de 2017, ce rapport renferme des renseignements au sujet des salaires et des avantages sociaux de 21 postes de direction et d’administration dans les organismes artistiques sans but lucratif du Canada.