Identité et main-d’œuvre culturelles : leçons tirées de sept années et trois villes

(Identity and the Cultural Workforce: Lessons Learned in Seven Years and Three Cities)

Publié par : 
Auteur : 

Basé sur des expériences d’enquêtes démographiques auprès d’organismes artistiques à Chicago, Minnesota, Los Angeles et Houston, cet article présente les principales constatations concernant la mesure des caractéristiques liées à l’identité (et non pas les résultats de ces études). Les enquêtes se sont concentrées sur cinq caractéristiques : race/ethnicité, âge, sexe, statut LBGTQ et état de handicapé.

L’auteur soutient que, « bien qu’il existe de nombreuses façons dont les bailleurs de fonds peuvent commencer à apporter des changements, on s’entend généralement pour dire que les arts ne peuvent pas représenter de façon significative le vaste éventail de l’expression humaine par l’art et la culture si notre main-d’œuvre ne reflète pas les communautés que nous servons ». De plus, l’auteur indique que « la collecte, l’analyse et le partage des données sont des étapes importantes et concrètes pour éclairer le processus de changement » et mener à des niveaux plus élevés d’équité et d’inclusion. Cependant, « la collecte de données démographiques auprès de notre main-d’œuvre culturelle est une entreprise délicate, qui touche à nos préoccupations les plus profondes au sujet de la protection de la vie privée, de l’équité et de l’identité ».

L’article souligne les défis liés à la collecte de données démographiques auprès des employeurs artistiques plutôt que des employés eux-mêmes, comment les catégories du recensement américain « ne vont pas assez loin pour saisir l’éventail réel des identités des résidents », et les préoccupations de certaines organisations quant à « la façon dont les données démographiques pourraient être utilisées dans les décisions de financement ». L’auteur conseille aux bailleurs de fonds d’établir des objectifs de diversité et de montrer comment les efforts de collecte de données sont utilisés à bon escient, c’est-à-dire en tant que « catalyseur réaliste du changement ». Cela pourrait nécessiter « une approche longitudinale, en reprenant l’enquête aussi souvent que tous les deux ou trois ans, afin de renforcer ces connaissances de base et de mesurer les efforts pour devenir plus inclusif ».

Dans le contexte d’une « meilleure compréhension de la façon dont les inégalités raciales et sociales sont le résultat de problèmes systémiques complexes », l’auteur observe que « la collecte continue de données et la mesure des progrès réalisés vers les objectifs établis sont des outils pour changer le système et le responsabiliser ».

Summary: 

Basé sur des expériences d’enquêtes démographiques auprès d’organismes artistiques à Chicago, Minnesota, Los Angeles et Houston, cet article présente les principales constatations concernant la mesure des caractéristiques liées à l’identité (et non pas les résultats de ces études). Les enquêtes se sont concentrées sur cinq caractéristiques : race/ethnicité, âge, sexe, statut LBGTQ et état de handicapé.