La composition d’une ville musicale

Principaux éléments, stratégies efficaces et pourquoi cela vaut la peine (The Mastering of a Music City)

Numéro : 
Publié par : 

Basé sur une revue de la littérature, plus de 40 entrevues avec des experts et deux groupes de discussion internationaux, ce rapport propose une « feuille de route » pour le développement de la musique, surtout pour le secteur de la musique commerciale, dans les municipalités de n’importe quelle taille, n’importe où au monde. Le rapport esquisse cinq éléments essentiels des « villes musicales » :

  • la présence « d’artistes et de musiciens;
  • des milieux musicaux dynamiques;
  • l’accès à des espaces et des lieux;
  • un public réceptif et engagé; et
  • des compagnies de disque et d’autres entreprises du secteur de la musique ».

En ce qui concerne les avantages d’être une ville musicale, le rapport énumère « la création d’emplois, la croissance économique, le développement du tourisme, la création de la marque de la ville et la croissance artistique ». La reconnaissance en tant que ville musicale peut aussi servir à attirer des entreprises dans d’autres secteurs ainsi que des professionnels talentueux.

Le rapport recommande sept principales stratégies pour augmenter le secteur musical d’une ville :

  1. « Des politiques favorables à la musique et aux musiciens », y compris « les permis pour les entreprises, les permis d’alcool, la planification du transport et le stationnement ainsi que la planification de l’aménagement du territoire ». Un « environnement qui soutient les artistes » est également important, y compris la formation, l’éducation, les mentorats, des carrefours et des pépinières, et des logements à prix abordables.
  2. « Un point de contact unique pour les milieux de la musique, sous forme d’un bureau ou d’un agent de la musique ».
  3. « Un comité consultatif sur la musique », qui peut « servir de lien inestimable entre les milieux de la musique et l’administration municipale ».
  4. « La mobilisation de la vaste communauté musicale pour obtenir leur adhésion et leur soutien ».
  5. « L’accès aux espaces et aux lieux », parce que la musique « a besoin de nombreux lieux. De la formation aux répétitions, des enregistrements aux spectacles, les villes musicales exigent une variété d’espaces et de lieux de qualité pour réussir. »
  6. « Le développement des publics », grâce à la « proximité aux autres marchés de la musique, des liens aux transports et la promotion de spectacles de musique ». Un des principaux défis dans ce domaine est « la création d’un public pour les interprètes locaux » et non seulement pour les vedettes internationales.
  7.  Le « tourisme musical », la création d’actifs comme « des spectacles et des festivals de musique ainsi que des lieux notables dans l’histoire de la musique ». Une stratégie globale de tourisme musical constitue l’aboutissement de cette idée.

Le rapport précise les principaux éléments de recherche qui sous-tendent ces stratégies, y compris :

  • « études des retombées économiques;
  • études des retombées du tourisme musical;
  • stocks des entreprises;
  • évaluations des besoins; et
  • guides de ressources. »
Summary: 

Basé sur une revue de la littérature, plus de 40 entrevues avec des experts et deux groupes de discussion internationaux, ce rapport propose une « feuille de route » pour le développement de la musique, surtout pour le secteur de la musique commerciale, dans les municipalités de n’importe quelle taille, n’importe où au monde. Le rapport esquisse cinq éléments essentiels des « villes musicales » :

  • la présence « d’artistes et de musiciens;
  • des milieux musicaux dynamiques;
  • l’accès à des espaces et des lieux;
  • un public réceptif et engagé; et
  • des compagnies de disque et d’autres entreprises du secteur de la musique ».