In Uncategorised

Qui sont les écrivains et les écrivaines du Québec? Écrire ne fait pas vivre (Who are Quebec’s Writers? and Can’t Live off Writing) Statistiques en bref, No. 1 and 2

décembre 16, 200516 décembre 2005

Lien d'article
http://www.stat.gouv.qc.ca/observatoire/publicat_obs/occ_bref.htm

Qui sont les écrivains et les écrivaines du Québec? dresse un profil sociodémographique détaillé des écrivains, à partir d’une enquête menée auprès de 768 écrivains de la province. Le rapport révèle qu’une bonne partie des écrivains québécois habitent à Montréal (51 %) et que les hommes sont majoritaires dans ce métier (63 %). Toutefois, comme les femmes sont plus nombreuses dans les tranches d’âge plus jeunes, la proportion d’hommes parmi les écrivains est appelée à diminuer ultérieurement. Malgré la prédominance globale des hommes, on recense plus de femmes que d’hommes dans la littérature pour la jeunesse. Le rapport signale également que la proportion des moins de 45 ans chez les écrivains est très inférieure à ce que représente cette tranche d’âge dans l’ensemble de la population québécoise. En moyenne, les écrivains du Québec ont déclaré lire 54 livres par an.

Peu d’écrivains (14 %) exercent ce métier à temps plein, et le rapport insiste sur leur polyvalence, puisqu’on les retrouve simultanément dans l’enseignement, les médias et la traduction et comme animateurs d’ateliers ou conférenciers. En outre, plus de la moitié des écrivains interrogés avaient publié des ouvrages dans plus d’un genre littéraire.

Le rapport constatait des inégalités « spectaculaires » de revenus parmi les écrivains. Ils gagnaient mieux leur vie s’ils étaient d’âge mûr et de sexe masculin. Le rapport concluait que, comme tous les artistes, les écrivains doivent affronter une vie professionnelle pleine d’aléas et d’incertitude.

Écrire ne fait pas vivre est un bref rapport basé sur la même enquête. Il révèle que près des deux tiers des écrivains ont des revenus provenant d’activités qui ne sont pas directement liées à leur travail de création. Constat surprenant, les écrivains ont, en moyenne, des revenus supérieurs à ceux de la population québécoise dans son ensemble. Toutefois, plus ils consacrent de temps à l’écriture, moins leurs revenus sont élevés.

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date