In Uncategorised

L’organisme artistique axé sur le savoir : Un rôle critique pour les bailleurs de fonds

(The Knowledge-Centric Arts Organization: A Critical Role for Grantmakers)

septembre 23, 201523 septembre 2015

la publication
Statistiques sur les arts et gestion des arts

Lien d'article
http://www.giarts.org/article/knowledge-centric-arts-organization

Basé sur une revue de la littérature, des entrevues exploratoires avec des dirigeants d’organismes artistiques et l’expérience de l’auteur, cet article maintient que « les organismes artistiques doivent miser sur le savoir, en utilisant le savoir pour promouvoir leurs missions et leurs objectifs, en réunissant et en mobilisant des données et des informations disparates, et en créant une culture où le savoir est une valeur fondamentale ».

L’auteur avance que « de nombreux organismes ne sont pas capables de réunir, de collecter, ni de déclarer les données les plus fondamentales qu’il leur faut pour asseoir leurs décisions ». Les obstacles à cet égard « comprennent une absence de capacité interne, un leadership qui n’accepte pas les moyens technologiques et les mesures, et un cloisonnement du personnel qui nuit au partage et à la collaboration ».

Pour devenir un organisme artistique davantage axé sur le savoir, les meilleures pratiques comprennent « (1) prendre une approche progressive axée sur les données [afin de réunir des données internes et externes]; (2) commencer à exploiter les “données volumineuses” [des agences publiques, réseaux sociaux, outils de carte de système d’information géographique et autres sources]; et (3) développer des connaissances en bâtissant des capacités » relatives aux systèmes et aux outils, aux ressources et au financement ainsi qu’à la gouvernance et au leadership.

Les bailleurs de fonds qui « ont une relation symbiotique avec des organismes artistiques… doivent adapter leurs approches et stratégies afin de les faire correspondre à la nécessité de bâtir des organismes artistiques axés sur le savoir ». L’auteur offre les conseils suivants aux bailleurs de fonds :

  • « Investir dans des modèles opérationnels solides et non pas dans des structures organisationnelles ».
  • Investir dans le « capital du savoir », c’est-à-dire, le financement de la capacité d’un organisme de devenir plus axé sur le savoir.
  • Soutenir le changement d’échelle raisonnable d’un organisme, soit vers le haut ou le bas.
  • Accepter le risque et l’échec.
  • Reconnaître que la technologie n’est pas la solution complète.
  • Soutenir les efforts des organismes de mobiliser du personnel avec des compétences analytiques critiques.
  • Collaborer et coopérer avec d’autres bailleurs de fonds pour aider à soutenir des pratiques axées sur le savoir dans les organismes.

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date