In Uncategorised

Le rôle de la culture et des arts comme cadre et outil d’établissement

janvier 15, 202015 janvier 2020

la publication
Retombées sociales : Le rôle des arts dans la reconstruction et la réinstallation après une crise
éditeur

Commission canadienne pour l’UNESCO

Auteur

Daniel Hiebert et Bronwyn Bragg

Lien d'article
https://fr.ccunesco.ca/ressources#f:_60C90EF1-0D93-4807-8C4D-7E7DC8F68595=[Arts%20et%20accueil%20des%20r%C3%A9fugi%C3%A9s]

Avançant qu’il ne faut pas « séparer complètement l’ »établissement » des « arts », car l’établissement lui-même est un processus créatif », ce rapport examine comment les arts et la culture contribuent à la réinstallation de réfugiés au Canada. Se fondant sur une revue de la littérature, des entrevues avec les principaux intervenants et des études de cas, les auteurs concluent que « malgré le manque d’évaluations officielles des effets, il ne fait guère de doute que les arts et la culture jouent un rôle essentiel dans l’aide à l’établissement, à l’intégration et à l’inclusion sociale des réfugiés et des immigrants dans la société canadienne ».

L’équipe de recherche explore « les différentes fonctions des programmes artistiques et culturels en ce qui a trait aux questions concernant l’intégration et l’appartenance ». En particulier, il y a des preuves que l’engagement envers les arts « conduit à différentes formes positives d’inclusion sociale, y compris à de meilleurs rapports sociaux, à plus d’occasions de transmettre la culture, la langue, les valeurs et l’art ». Il peut aussi fournir « des occasions de communiquer avec des communautés avec lesquelles on est peu familier, ce qui, selon les participants, leur permet de se sentir inclus et liés à la société d’accueil. »

Cinq études de cas de programmes prometteurs « qui se situent au croisement de l’inclusion des immigrants et des programmes artistiques » sont présentées, notamment un centre d’art communautaire à Toronto qui a une programmation d’arts à des fins thérapeutiques pour les familles de réfugiés et un programme de théâtre participatif pour les jeunes nouveaux arrivants à Vancouver.

Les auteurs recensent les difficultés des initiatives artistiques de réinstallation :

  • « Le financement des programmes artistiques destinés aux immigrants se situe quelque part entre le financement de l’établissement et celui des arts », qui peut limiter l’admissibilité auprès de l’un ou l’autre type de bailleur de fonds.
  • « Peu de voies pour les artistes professionnels » : les entrevues ont révélé alors qu’il semble que « des programmes aident d’autres professions dans leur intégration sur le marché du travail canadien – les ingénieurs ou les comptables, par exemple –, il n’existe pas de voies à suivre bien définie pour les artistes qui veulent travailler dans leur profession au Canada. »
  • La langue et l’accent font problème, notamment « l’absence de possibilités au Canada pour les artistes d’autres origines culturelles et linguistiques. »
  • « Le défi courant dans l’évaluation des effets de l’art-thérapie et des interventions thérapeutiques dans des contextes interculturels. »

Le rapport s’intéresse également au contexte social, culturel et politique de l’établissement des nouveaux arrivants et des réfugiés au Canada et dans « d’autres pays qui accueillent des immigrants ». De plus, le rapport comprend des recommandations pour des recherches additionnelles, comme une évaluation de l’incidence des programmes de réinstallation de nature artistique ainsi que des recherches sur les initiatives qui ont lieu en dehors des grands centres urbains.

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date