In Uncategorised

AFP State of Fundraising, 2002 Report

décembre 14, 200514 décembre 2005

Lien d'article
http://www.afpnet.org/tier3_cd.cfm?folder_id=887&content_item_id=11866

Ce rapport pratique fait le point sur la situation actuelle des collecteurs de fonds pour les organismes sans but lucratif et les défis qu’ils doivent relever. Contrairement à de nombreux sondages de grande envergure, ce rapport de l’AFP traite de la situation des organismes artistiques et culturels sans but lucratif au Canada. Se fondant sur un sondage d’un peu plus de 300 collecteurs de fonds canadiens et d’autant de collecteurs américains, le rapport donne un aperçu de l’évolution des levées de fonds entre 2001 et 2002 et des défis qu’ont surmonté ou anticipé les collecteurs de fonds professionnels. Parmi les répondants canadiens du sondage, 63 % ont indiqué que leur organisme avait recueilli plus de fonds en 2002 qu’en 2001, 12 % ont rapporté que le montant n’avait pas changé et 25 % ont avoué avoir collecté moins d’argent en 2002 qu’en 2001. Les organismes de charité ont vu leurs dons augmenter en moyenne de 8,3 % en 2002 par rapport à 2001, ce qui est beaucoup plus que l’augmentation de 1,6 % enregistrée par les organismes américains. L’augmentation moyenne des organismes de charité artistiques et culturels canadiens a été de 9,3 %, ce qui est légèrement supérieur à l’augmentation générale au Canada. Environ deux tiers de tous les collecteurs de fonds canadiens (68 %) et des collecteurs de fonds artistiques et culturels canadiens (63 %) prévoient de nouvelles augmentations en 2003 par rapport à 2002.

Quant aux défis qu’ont dû surmonter les initiatives de collecte de fonds en 2002, on estime que la conjoncture économique et l’état de la Bourse ont été à l’origine de la plupart des difficultés, 56 % des répondants canadiens étant d’avis que la situation économique avait eu un effet considérable sur leurs collectes de fonds (réponses de 4 ou 5 sur 5). Pour 42 % des répondants canadiens, la principale difficulté se situe au niveau d’une concurrence accrue pour les dons. Environ le même nombre de répondants canadiens ont évoqué la diminution du soutien et des commandites par le secteur privé (31 %) et les compressions budgétaires du secteur public (28 %). Les autres difficultés, comme l’absence de soutien de la part des fondations, la perte de confiance du public et les séquelles du 11 septembre, ont été citées par 16 % à 18 % des répondants canadiens.

Plusieurs répondants canadiens ont également fait part de leurs inquiétudes au plan des ressources humaines, notamment en ce qui a trait au recrutement, au maintien du personnel et à la direction des initiatives de collecte de fonds.

Dans le rapport du Centre national des arts, un participant du Québec avait observé que les Québécois s’attendent à ce que le financement des arts relèvent de l’État, ce qui expliquerait pourquoi il y a moins de dons de particuliers dans cette province. Dans le rapport de l’Association of Fundraising Professionals, un collecteur de fonds du Québec déclare que « le développement d’une culture philanthropique [au Québec] a eu des effets positifs » sur ses initiatives de collecte de fonds. Les sondages canadiens ont démontré que les Québécois contribuent le moins par personne aux organismes de charité. Il pourrait donc y avoir de nouvelles possibilités pour les organismes artistiques du Québec s’il s’avère que la culture de la philanthropie au Québec est en train d’évoluer.

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date