In Uncategorised

Indicateurs de l’éducation au Canada

janvier 2, 20062 janvier 2006

Lien d'article
http://www.statcan.ca:8096/bsolc/francais/bsolc?catno=81-595-MIF2004012

Report: http://www.statcan.ca/francais/freepub/81-582-XIF/2003001/educ_f.htm

Le rapport sur les Indicateurs de l’éducation au Canada résume des données sur le financement des systèmes d’éducation au Canada, l’obtention des diplômes et la nature de la population d’âge scolaire au Canada. Les données se rapportant le plus aux arts ont trait aux habitudes de lecture et au rendement, bien que le portrait de la population scolaire (et de sa diversité culturelle) intéressera tous ceux et celles qui interviennent auprès des jeunes.

Contrairement au rapport The Crisis in Canada’s School Libraries de la Association of Canadian Publishers, cette étude trace un portrait optimiste des indicateurs canadiens de compétences en lecture. Dans une évaluation des jeunes de 15 ans coordonnée par l’Organisation de la coopération et du développement économique (OCDE), le Canada a obtenu son meilleur classement en 15 ans. De fait, seule la Finlande surclasse le Canada à l’échelle globale de compréhension de l’écrit. D’un autre point de vue, les données indiquent que le Canada a un pourcentage relativement élevé d’élèves au niveau de lecture le plus élevé (17 % des élèves) et un pourcentage relativement faible (10 %) au niveau de lecture le plus bas.

La compréhension de l’écrit augmente selon le statut socioéconomique dans tous les pays examinés. Au Canada, les notes de lecture étaient raisonnablement élevées parmi tous les groupes socioéconomiques. Le rapport observe que « le Canada s’est avéré un chef de file mondial à cet égard. » Toutefois, il y a une différence marquée entre les garçons et les filles : les compétences en lecture des filles sont supérieures à celles des garçons dans toutes les provinces et dans tous les pays participants.

Bien que les dix provinces se soient classées à égalité ou au-dessus de la moyenne de l’OCDE, le document de recherche Variation des niveaux de compréhension de l’écrit entre les
provinces canadiennes révèle qu’il y a des différences considérables entre le Nouveau-Brunswick, la province en dernière position, et l’Alberta, celle en première. En plus d’explorer
les facteurs à l’origine des différences, le rapport apporte des preuves démontrant que « lorsque le statut socio-économique des élèves d’une école diffère considérablement, les
disparités entre les élèves au chapitre du rendement augmentent : « les riches deviennent plus riches [sur le plan du rendement en lecture], alors que les pauvres deviennent plus pauvres ». ».
Autre constatation réjouissante du rapport Indicateurs de l’éducation au Canada, le Canada arrive au premier rang des pays de l’OCDE quant à la proportion de sa population d’âge active ayant fait des études universitaires ou collégiales.

De plus, le rapport examine de près les activités de lecture des enfants de 4 et 5 ans, selon leurs parents. « Chez les enfants de 5 ans, une forte proportion des filles (78 %) et des garçons (67 %) regardent des livres ou cherchent spontanément à lire quotidiennement. » De plus, deux tiers des enfants de 4 et 5 ans se font faire la lecture par un adulte chaque jour. Il n’y a pas d’écart entre les garçons et les filles sur cet indicateur. Toutefois, plus de filles (65 %) sont encouragées par leurs parents à écrire quotidiennement que de garçons (51 %).

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date