In Uncategorised

Recherche sur la « qualité » des expériences en ligne des usagers de musée

janvier 5, 20065 janvier 2006

Lien d'article
http://www.rcip.gc.ca/Francais/Contenu_Numerique/Recherche_Qualite/index.html

Dans son rapport, Barbara Soren examine les caractéristiques des expériences en ligne qui sont éducatives et importantes et cote un certain nombre d’expositions présentées par des musées virtuels d’après l’indice d’engagement des visiteurs.

Un musée « n’a pas d’endroit ou d’espace à lui, et ses objets et l’information connexe qu’il renferme peuvent être diffusés partout dans le monde ». Les visiteurs explorent un site parce que celui ci pique leur curiosité. « Une personne peut être motivée à en apprendre davantage lorsque l’information complexe est présentée d’une façon agréable et enrichissante en soi. »

La plupart des musées traditionnels permettent au visiteur d’explorer librement, de se déplacer à son rythme, d’interagir avec les autres et d’élargir sa compréhension des choses. D’après le rapport, les expériences muséales en ligne doivent être semblables aux visites de musées traditionnels. En effet, elles doivent fournir de multiples points d’accès, utiliser toute une gamme de méthodes actives d’apprentissage, présenter une foule de points de vue et permettre la participation à des groupes de discussion en ligne aux utilisateurs qui le souhaitent.

Les concepteurs doivent s’efforcer d’offrir des produits virtuels qui multiplient les interactions possibles avec les visiteurs. Ainsi, l’auteur suggère que les renseignements fonctionnels soient associés à des jeux d’apprentissage par l’expérience ou à des visites virtuelles, à l’interrogation de base de données et à l’échange d’information au moyen notamment de forums d’utilisateurs ou de services de messagerie électronique. L’intégration de modules d’extension multimédias peut enrichir l’expérience et approfondir un sujet.

Par ailleurs, le rapport renferme une liste d’aspects pratiques influant sur la qualité des expériences en ligne (navigation aisée, contenu original et partenariats fructueux). À la lumière de ses discussions avec des gestionnaires de projet de musée virtuel, l’auteure dresse une liste des pratiques d’excellence touchant la technologie et la gestion à l’intention de ceux qui souhaiteraient monter une exposition virtuelle. Les meilleures pratiques comprennent notamment une vision commune, la cohérence, une approche virtuelle et des produits à la fois utiles et conçus en fonction des utilisateurs.

Barbara Soren décrit également une méthode d’évaluation quantitative de la programmation en ligne appelée « indice d’engagement ». Cet indice tient compte du nombre de visiteurs, du nombre d’occurrences et de la durée de la visite. Cet outil permet aux gestionnaires d’évaluer l’attrait et la pertinence de leurs sites.

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date