In Uncategorised

Artists’ Centers: Evolution and Impact on Career, Neighborhoods and Economies

août 21, 200621 août 2006

Lien d'article
http://www.hhh.umn.edu/projects/prie/artists_centers.html

Ce rapport américain examine divers aspects des centres d’artistes dont leur formation, leur financement et leur transformation, leurs impacts sur les artistes, les collectivités, les quartiers et les économies, et les défis organisationnels qu’ils présentent.

Les auteures, Ann Markusen et Amanda Johnson de la University of Minnesota, décrivent la formation des centres d’artistes et leur transformation par l’adoption d’une gestion professionnelle, le rôle joué par les bailleurs de fonds et les collaborations et synergies des centres. Elles indiquent qu’il y a « de nombreuses voies qui mènent à la réussite » des centres d’artistes.

Se basant sur des entrevues qualitatives avec des artistes et le personnel de centres d’artistes, sur les données financières et d’autre documentation des centres ainsi que sur des données sur les artistes, les chercheures ont « trouvé des preuves abondantes et convaincantes que les centres d’artistes contribuent à la qualité du travail des artistes et permet à un plus grand nombre d’entre eux d’en vivre ». En fournissant un accès à des outils, du matériel, des locaux, des réseaux, un soutien financier et des possibilités d’apprentissage, les centres d’artistes agissent en tant que « puissantes génératrices d’œuvres et de carrières artistiques ». On constate que les centres d’artistes du Minnesota sont « une importante source pour l’économie artistique régionale » et qu’ils « font une véritable différence dans la capacité des régions de développer, d’attirer et de retenir les artistes ».

Les auteures maintiennent que les centres, en plus de desservir les artistes, contribuent au développement communautaire et économique. En ce qui concerne le développement communautaire, on trouve que les centres d’artistes assurent d’importants programmes pour les jeunes et des activités éducatives ainsi que des initiatives pour d’autres groupes et communautés spécifiques. Elles constatent que « la plupart des centres contribuent à la vitalité et à la sécurité de leur quartier » en animant la rue, en augmentant les affaires des entreprises locales et en contribuant à la stabilisation et au développement communautaire.

Dans les petites collectivités, les centres d’artistes peuvent aider à rajeunir le centre-ville et même devenir des attractions touristiques. Dans les grandes villes, les centres d’artistes ont également des retombées en « stimulant la création d’autres lieux artistiques, commerciaux et communautaires ». De plus, les centres peuvent contribuer à rajeunir les quartiers et à contrer l’emprise de la drogue.

Le rapport définit les centres d’artistes en utilisant deux principaux critères : l’existence d’un lieu dédié et la disponibilité d’une « adhésion générale à un tarif abordable sans présélection ». Le rapport propose des profils de centres au Minnesota pour des compositeurs, des écrivains, des dramaturges, des artistes visuels et des artistiques médiatiques, ainsi que des centres communautaires à vocation plus générale.

Les défis organisationnels évoqués dans les entrevues comprennent : « identifier et desservir des intéressés; trouver, défrayer et utiliser de façon optimale un lieu dédié; comprendre et composer avec la diversité; établir l’envergure juste et le financement d’un programme équilibré ».

Les auteures maintiennent que les centres d’artistes « ont fait des contributions remarquables à un prix très modeste ». Elles recommandent donc que les « responsables des politiques de développement économique, de planification urbaine et de politique culturelle… reconnaissent et soutiennent les centres d’artistes parce que ce sont de bons investissements, rapportant des dividendes culturelles et économiques ». Les gouvernements doivent « aider à créer des espaces appropriés pour les artistes et à implanter ces centres dans leurs quartiers », tandis que les grands organismes artistiques doivent soutenir le rôle incubateur de ces centres auprès des artistes régionaux. Le secteur privé doit envisager les centres d’artistes « comme une source d’idées, de conceptions et de compétences créatrices qui l’aideront à devenir plus productif » et plus rentable. Enfin, les auteures recommandent que les artistes « témoignent de l’importance des centres pour leurs carrières et leur développement artistique » et qu’ils « jouent des rôles actifs dans la gouvernance, les campagnes de financement et le recrutement des centres ».

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date