In Uncategorised

Enquête auprès des diplômés des établissements membres de l’Association canadienne de formation en gestion des arts

http://www.culturalhrc.ca/hrToolsResources/careerDevelopmentTools-f.asp

octobre 3, 20063 octobre 2006

la publication
Gestion des arts / Ressources humaines / Diversité

Lien d'article
http://www.culturalhrc.ca/hrToolsResources/careerDevelopmentTools-f.asp

Ce rapport, qui est basé sur une enquête auprès des diplômés de programmes de gestion de la culture et d’administration des arts au Canada, décrit la situation des jeunes gestionnaires culturels au Canada. Le rapport ne précise aucunement si les 285 répondants constituent un échantillon représentatif de la population cible de 883 diplômés de ces programmes. Toutefois, une analyse de Hill Stratégies Recherche pour ce numéro de Recherches sur les arts démontre que ces 285 répondants constitueraient en réalité un échantillon représentatif (avec une marge d’erreur de 5 %, 19 fois sur 20).

Bien que le projet ait ciblé tous les diplômés en administration des arts, les taux de réponse les plus élevés ont été enregistrés auprès des nouveaux diplômés plus jeunes.

Environ deux tiers des répondants travaillent à temps plein, mais beaucoup d’entre eux (35 % des répondants) s’estiment sous-employés. La plupart des répondants travaillent pour de petits organismes.

Les diplômés en gestion de la culture occupent surtout des postes de vente, de marketing et de communications, 20 % des répondants affirmant occuper de tels postes.

Environ un cinquième des répondants (19 %) gagnent moins de 20 000 $ par année. Environ trois quarts des répondants reçoivent une assurance maladie supplémentaire, tandis que deux tiers d’entre eux ont d’autres avantages sociaux dont une assurance dentaire, une assurance en cas d’invalidité à long terme et une assurance en cas de mort accidentelle ou de perte d’un membre.

Le rapport constate qu’environ deux tiers des répondants travaillent actuellement dans le secteur culturel. Le rapport ne précise pas si les diplômés en gestion de la culture qui travaillent dans le secteur culturel ont un revenu supérieur ou inférieur (en moyenne) à celui de ces diplômés dans d’autres secteurs.

Parmi ceux qui travaillent dans le secteur culturel, environ 90 % d’entre eux s’attendent à être dans ce secteur dans cinq ans. Selon l’enquête, le niveau des salaires, les possibilités d’avancement et les avantages sociaux sont les clés de la rétention des employés.

Les ventes et le marketing, les activités de financement et de développement, et les communications sont les compétences que les répondants citent le plus souvent comme ayant été acquises dans le cadre de leurs études en gestion de la culture, de leur formation et de leur développement professionnel. Les compétences et capacités clés reliées à la réussite professionnelle comprennent les communications, la capacité d’adaptation et la flexibilité et l’habileté à démontrer des attitudes et des comportements positifs.

Le rapport conclut en attirant l’attention sur « trois grands problèmes » dans la gestion des arts :

  • « La formation en gestion de la culture joue un rôle important dans le cheminement de carrière et, dans certains cas, sur le revenu. Toutefois, les gestionnaires et les administrateurs des arts et du patrimoine recherchent une formation plus spécifique et davantage de formation dans des programmes d’études structurés ou d’autres formes de formation et de perfectionnement professionnel.
  • Pour les gestionnaires de la culture, la formation non structurée est aussi importante que la formation structurée. Il est crucial de trouver des moyens de créer davantage de possibilités de formation en cours d’emploi, de stages, de mentorat et de stages pratiques.
  • Le recrutement des gestionnaires de la culture et le maintien de l’effectif demeurent des problèmes sérieux pour le secteur. La présente enquête rappelle une fois encore qu’il faut se préoccuper de problèmes comme la faible rémunération, les longues heures de travail, le peu de possibilités d’avancement et le stress lié à la gestion de la culture. Le fait qu’un pourcentage plus élevé que la moyenne de jeunes travailleuses et travailleurs et, d’une certaine façon, plus de femmes que d’hommes aient indiqué qu’ils ne seraient sans doute pas dans le secteur dans cinq ans est en soi un signal d’alarme. »

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date