In Uncategorised

L’emploi dans le secteur culturel dans un contexte nord-américain, 1981 à 2001

novembre 12, 200712 novembre 2007

la publication
Dépenses publiques sur la culture / Espaces artistiques / Ressources humaines / Informations locales

Lien d'article
http://www.statcan.ca/francais/research/81-595-MIF/81-595-MIF2007051.htm

Ce rapport compare l’emploi dans les professions culturelles au Canada et aux États-Unis à l’aide de 21 groupes professionnels extraits des recensements canadiens et américains. L’auteur a eu recours à cette définition extrêmement réductrice des professions culturelles (qui est beaucoup plus étroite que les 48 professions retenues dans le rapport Vers une géographie de la culture : l’écart entre l’urbain et le rural en matière de professions culturelles de Statistique Canada) à cause de la difficulté à comparer des professions équivalentes dans le temps et entre les deux pays. Comme cette définition est beaucoup plus étroite que celle préconisée par Statistique Canada dans son Cadre canadien pour les statistiques culturelles, les niveaux absolus de travailleurs culturels dans ce rapport sont beaucoup moins intéressants que les tendances générales et les comparaisons entre le Canada et les États-Unis.

Le rapport constate que tant au Canada qu’aux États-Unis, « l’emploi dans le secteur culturel a crû à un taux nettement supérieur à celui de la main-d’œuvre dans l’ensemble au cours de la période de 1981 à 2001. » Au cours de cette période, la croissance de l’emploi dans le secteur culturel a atteint 81 % au Canada, ce qui est beaucoup plus élevé que la croissance de 32 % de l’ensemble de la population active au cours de cette période. Aux États-Unis, cette croissance a été de 66 %, soit environ le double de la croissance de la population active totale, qui fut de 32 %.

Dans les deux pays, une croissance significative de l’emploi dans le secteur culturel s’est produit tant dans les régions rurales que les villes entre 1981 et 2001. Dans les régions rurales canadiennes, cette croissance a atteint 55 %, comparativement à la croissance de 16 % de la population active totale. Dans les villes canadiennes, le nombre de travailleurs culturels a augmenté de 90 % alors que la population active totale ne progressait que de 43 %.

Entre 1981 et 2001, la croissance fut beaucoup plus lente dans le secteur du patrimoine (20 %) que dans les autres professions culturelles (97 %) au Canada. De fait, le pourcentage de la population active totale dans le secteur du patrimoine a reculé légèrement au cours de cette période.

Le rapport constate également que la croissance de l’emploi dans le secteur culturel entre 1981 et 2001 a été plus forte au Canada qu’aux États-Unis. Le Canada s’est donc retrouvé avec une part plus élevée de sa population active totale dans les professions culturelles que les États-Unis en 2001. Cette situation constitue un revirement par rapport à 1981, alors que c’était nos voisins du Sud qui avait un pourcentage plus élevé de leur population active dans le secteur culturel.

Le rapport démontre aussi que si l’on examine les données par décennies, la population active totale dans le secteur culturel a augmenté considérablement dans les deux pays entre 1981 et 1991. Toutefois, la croissance aux États-Unis a ralenti entre 1991 et 2001, alors que la forte croissance de ce secteur s’est poursuivie au Canada.

Bien que le rapport fournisse des classements séparés pour les villes nord-américaines selon le nombre de travailleurs dans le secteur du patrimoine et les autres professions culturelles, il ne propose pas un classement général des villes selon l’emploi dans le secteur culturel (c’est-à-dire, en réunissant les travailleurs du patrimoine et des autres professions culturelles).

En ce qui a trait à l’emploi dans le secteur du patrimoine, six villes canadiennes se classent parmi les 20 premières en Amérique du Nord : Ottawa-Hull (quatrième), Saskatoon (cinquième), Halifax (sixième), St. John’s (septième), Regina (neuvième) et Kingston (18e). Il y a eu quelques changements intéressants dans le classement des villes canadiennes entre 1981 et 2001. Ottawa-Hull, qui occupait le premier rang en 1981, a reculé de trois places pour se classer quatrième en 2001. Saskatoon est demeuré en cinquième place, Halifax est passé de troisième à sixième, St. John’s de neuvième à septième; Regina de 22e à neuvième et Kingston de quatrième à 18e.

Quatre villes du Canada se classent parmi les 20 premières villes en ce qui a trait aux autres professions culturelles en tant que pourcentage de la population active totale : Vancouver (huitième), Toronto (dixième), Victoria (11e) et Montréal (18e). Quelques villes canadiennes ont commencé une nouvelle ère entre 1981 et 2001 : Vancouver a amélioré son classement de 43 places, Toronto a progressé de 10 places, Victoria de 51 et Montréal de 22.

Ces conclusions démontrent clairement que l’emploi dans le secteur de la culture et du patrimoine peut changer considérablement au fil des années dans les villes canadiennes.

Le rapport propose également une ventilation de l’emploi culturel pour les dix grandes villes ayant une forte population active culturelle dans les domaines des arts littéraires, des arts d’interprétation (comprenant le cinéma) et des arts visuels et du design. Quatre villes du Canada y figurent : Vancouver, Toronto, Montréal et Ottawa. Parmi ces dix villes, Vancouver se classe deuxième pour l’emploi dans les arts d’interprétation (et le cinéma) en tant que pourcentage de la population active totale, derrière Los Angeles. Toronto est troisième sur cette liste, Montréal quatrième et Ottawa huitième. Au plan des travailleurs en arts visuels et en design, Toronto se classe cinquième, Vancouver sixième, Montréal septième et Ottawa dixième. Les villes du Canada ont tendance à occuper les derniers rangs de la population active dans les arts littéraires, Ottawa se classant en cinquième position, Toronto en huitième, Montréal en neuvième et Vancouver en dixième et dernière position.

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date