In Uncategorised

L’apport des créateurs : le rôle des professions culturelles dans l’économie au cours des années 90

mai 26, 200826 mai 2008

la publication
Emploi et formation dans le secteur culturel

Lien d'article
http://www.statcan.ca/francais/research/81-595-MIF/81-595-MIF2008064.htm

Sommaire : http://www.statcan.ca/Daily/Francais/080410/q080410c.htm

S’appuyant sur des données des recensements de 1991, 1996 et 2001, ce rapport de Statistique Canada constate que le nombre de travailleurs culturels a augmenté de 38 % entre 1991 et 2001, ce qui est presque trois fois celui de la croissance globale (13 %) de l’ensemble de la population active. Toutefois, il faut noter que le rapport s’est penché sur une sélection assez inhabituelle de 21 codes de professions culturelles, et non sur les 45 ou 48 professions examinées par de nombreux autres rapports sur le secteur culturel (ni sur les neuf professions souvent examinées dans les rapports sur les professions artistiques). Les taux de croissance dont font état ces diverses études varient selon la définition de la main-d’œuvre culturelle de chaque étude, mais celles-ci sont unanimes à faire état de taux de croissance relativement élevés.

Le principal objectif de ce rapport est d’examiner les professions culturelles dans les secteurs non culturels de l’économie. Ces travailleurs sont les personnes dont l’activité créatrice sert habituellement d’intrant dans un produit final dans le secteur non culturel. Autrement dit, il s’agit de gens ayant une activité professionnelle culturelle dans un autre secteur de l’économie. (Fait à noter, les données n’incluent pas les emplois secondaires des travailleurs culturels.)

Le rapport constate que 40 % des travailleurs de la culture se trouvaient dans les industries non culturelles et, en particulier, dans quatre secteurs : l’industrie manufacturière, les services aux entreprises, les services d’enseignement et le commerce de détail. Les professionnels des arts visuels et du design représentent plus de la moitié de tous les travailleurs culturels dans les secteurs non culturels. Le travail culturel dans un secteur non culturel est davantage une réalité des grandes villes que des petites villes et des régions rurales.

Le rapport constate que la proportion de travailleurs culturels dans l’économie non culturelle est demeurée relativement stable depuis les années 90 (0,7 % de tous les travailleurs dans les secteurs non culturels en 1991 et 0,8 % en 2001). Le rapport indique également qu’au sein du secteur culturel de l’économie, les 21 professions culturelles représentent 20 % de tous les travailleurs.

Entre 1991 et 2001, deux secteurs, le secteur manufacturier et les services aux entreprises, ont connu une forte croissance du nombre de travailleurs créatifs. Celle-ci a été de 55 % dans le secteur manufacturier et de 91 % dans les services aux affaires. Toutefois, le nombre de travailleurs culturels a reculé dans dix des seize secteurs non culturels.

En général, ces conclusions suggèrent que seulement certains secteurs de l’économie connaissent une croissance de la demande d’intrants culturels et créateurs. Autrement dit, la « classe de créateurs » dont on entend tant parler n’est pas omniprésente. Comme le conclut le rapport, « les profondes mutations qui se sont produites dans l’économie canadienne pendant les années 90 ne semblent pas avoir déclenché une croissance généralisée de l’importance des intrants de travail culturels pour les procédés de production dans l’ensemble du secteur non culturel de l’économie ».

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date