In Uncategorised

Essential Services for Aging Artists

février 25, 200925 février 2009

la publication
La situation des artistes âgés

Lien d'article
http://www.mnartists.org/article.do?rid=115669

Ce projet, entrepris par 10 étudiants de l’université Carnegie Mellon, vise à cerner les difficultés et les besoins des artistes visuels âgés.

Les étudiants ont effectué une enquête en ligne (à laquelle ont répondu quelque 1 000 personnes, établies principalement à New York, Los Angeles, Chicago et Pittsburgh) et animé des groupes de discussion rassemblant 22 artistes, à New York, Los Angeles et Pittsburgh.

Le rapport qui en est issu fournit des données sur huit catégories de services à l’intention des artistes âgés : retraite, planification successorale, logement, archivage, assurance-maladie et autres assurances, compétences commerciales et services juridiques.

Le rapport signale que la plupart des répondants n’ont pas l’intention de prendre leur retraite. Bien que beaucoup aient exprimé leur désir de voir leur œuvre préservée après leur mort, peu d’entre eux ont entrepris de préparer leur succession. Moins de la moitié ont fait archiver leurs réalisations. Il semblait d’ailleurs régner « une certaine confusion autour de la notion d’archivage et de la marche à suivre ».

Le rapport révèle que les artistes visuels interrogés ont des revenus relativement faibles. En outre, « la vaste majorité des répondants tiraient moins de 10 000 $ de leur production artistique ». On y lit aussi qu’« un peu plus de la moitié des répondants ont pris des mesures financières en prévision de leur retraite. » Étant donné la faiblesse de leurs revenus, il n’est guère surprenant que beaucoup d’artistes ne disposent que de peu d’épargne, de placements ou de biens immobiliers.

Sur le plan du logement, le rapport révèle que les artistes sont plus souvent locataires que propriétaires et qu’il y a pénurie d’espaces locatifs abordables dans les quartiers sûrs.

En ce qui concerne l’assurance-maladie, d’après l’enquête, la proportion des artistes qui en bénéficient est sensiblement la même que pour l’ensemble de la population américaine. Toutefois, la plupart des artistes en ont été dépourvus, à un moment ou à un autre de leur vie. De plus, environ un tiers des répondants « ont eu des ennuis de santé dont ils n’ont pu payer la facture. Plus d’un tiers de ceux-là sont encore endettés à cause de cela. »

Hormis une assurance-maladie et une assurance automobile, la plupart des répondants n’ont aucune autre assurance. Beaucoup d’entre eux « n’avaient jamais entendu parler de l’assurance des œuvres d’art ». En outre, rares étaient ceux qui avaient une quelconque formation en finance, affaires ou marketing, si l’on excepte la rédaction de leur curriculum vitae et de leur manifeste artistique. La grande majorité des répondants ressentaient la nécessité d’une aide dans ces domaines de nature commerciale.

En ce qui concerne les services juridiques, les litiges entre locataires et propriétaires constituaient les cas les plus courants, les droits d’auteurs, les marques déposées, les brevets et la censure figurant parmi les autres domaines mentionnés.

Contrairement à ce qu’on aurait pu penser, le rapport soutient que « le besoin de services n’augmente pas de façon notoire avec l’âge des artistes. » Étant donné ce constat, beaucoup des recommandations du rapport s’appliquent à tous les artistes, indépendamment de leur âge.

La recommandation la plus marquante est celle qui enjoint aux artistes de s’instruire et de se renseigner sur les différents services qui leur sont offerts. Le rapport fait valoir les nombreux avantages du réseautage dans leur situation et les exhorte à « profiter des occasions d’échanges avec d’autres artistes et avec la communauté dans son ensemble ».

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date