In Uncategorised

L’Économie des arts en temps de crise

décembre 15, 200915 décembre 2009

la publication
Impact de la récession sur le secteur culturel

Lien d'article
http://www.culturemontreal.ca/cult_mtl/culture.htm

Basée sur un sondage auprès de 259 organismes à but non lucratif en juin 2009, cette étude examine les effets de la récession sur les organismes culturels du Québec. La marge d’erreur des données est de +/- 5 %, 19 fois sur 20.

Les effets anticipés par les organismes et leur évaluation de la situation ont été fournis en juin 2009. Bien que la récession ait alors été assez avancée, il était encore trop tôt pour que les organismes puissent fournir des résultats définitifs. Il faudra attendre que l’on ait plus de données plusieurs mois après la fin de la récession pour mesurer l’impact final de la récession.

Les principales conclusions de l’étude comprennent une prévision d’une réduction considérable des revenus en provenance du secteur privé; des attentes différentes au plan des revenus gagnés selon les disciplines; et des effets plus marqués chez les grands organismes culturels. De plus, l’étude constate que les effets de la récession sur le secteur culturel au Québec semblent être moins prononcés qu’ailleurs à cause d’un impact moindre de la récession sur la province et du niveau plus élevé d’aide publique accordée à ce secteur (l’on s’attend à ce que cette source de financement soit stable).

Fait surprenant, une forte proportion d’organismes anticipent une augmentation de leurs revenus autonomes au cours de l’exercice financier en cours (comparativement à l’an dernier) : 36 % des organismes répondants s’attendent à une telle augmentation, tandis que 27 % prévoient une diminution. Les autres 29 % ne prévoient aucun changement de leurs revenus autonomes, qui comprend les revenus gagnés et ceux provenant du secteur privé. Les compagnies d’arts de la scène, les grands organismes et les groupes établis à Montréal sont les plus pessimistes quant à leur capacité d’obtenir au moins autant de revenus autonomes au cours de l’exercice actuel que lors de leur exercice précédent.

Les sources de revenus du secteur privé sont celles qui sont le plus à risque, beaucoup d’organismes étant pessimistes quant à l’avenir des revenus provenant de leur fondation, des fonds de dotation ou des commandites en argent. Les résultats au plan des revenus gagnés varient selon le secteur, les organismes des arts de la scène prévoyant une légère baisse de ces revenus tandis que les organismes des arts visuels anticipant une légère augmentation.

La réduction des dépenses constitue la principale mesure à court terme pour combler le manque à gagner (61 % des organismes prévoient y avoir recours), 35 % des organismes comptant augmenter les sommes demandées auprès de leurs bailleurs de fonds habituels. Les grands organismes s’attendent davantage à une augmentation de leur financement. Les petits organismes prévoient geler le recrutement. À long terme, la principale stratégie des organismes est d’augmenter leur public.

Le rapport encourage d’autres études sur des facteurs touchant la santé des organismes culturels, y compris les principaux facteurs de risque pesant sur les revenus et les dépenses. Bien que le rapport le passe sous silence, des études sur la situation dans les autres provinces ainsi qu’auprès d’organismes sans financement public seraient également les bienvenues.

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date