In Uncategorised

Compte satellite des institutions sans but lucratif et du bénévolat, 2007

septembre 14, 201014 septembre 2010

la publication
Information sur le secteur sans but lucratif, les donateurs et les bénévoles

Lien d'article
http://www.statcan.gc.ca/pub/13-015-x/13-015-x2009000-fra.htm

Analyse : http://www.statcan.gc.ca/pub/13-015-x/2009000/ana-fra.htm

Tableaux de données : http://www.statcan.gc.ca/pub/13-015-x/2009000/tab-fra.htm

Le Compte satellite des institutions sans but lucratif et du bénévolat de Statistique Canada contient des informations sur la contribution économique et la portée du secteur sans but lucratif, selon « un ensemble de comptes économiques types englobant la production, les revenus et les dépenses du secteur sans but lucratif, qui rappellent les comptes déjà établis pour les autres secteurs de l’économie canadienne ». En général, le rapport constate que le produit intérieur brut (PIB, qui correspond à la production brute moins la consommation intermédiaire) du secteur sans but lucratif était de 101 milliards de dollars en 2007, soit 7 % du PIB de l’ensemble de l’économie canadienne. L’analyse de Statistique Canada précise que « la valeur ajoutée du secteur sans but lucratif élargi, y compris les hôpitaux, les universités et les collèges, a dépassé de plus du tiers celle de l’ensemble de l’industrie du commerce de détail et a dépassé la valeur ajoutée de l’industrie de l’extraction minière et de l’extraction de pétrole et de gaz. »

Statistique Canada propose des statistiques sur trois grands groupes d’organismes sans but lucratif : 1) tous les organismes sans but lucratif; 2) les hôpitaux, les universités et les collèges; et 3) le secteur à but non lucratif « de base », qui comprend tous les organismes sans but lucratif à l’exception des hôpitaux, des universités et des collèges. Le rapport indique que la part la plus importante de l’activité économique globale du secteur revient aux hôpitaux, aux universités et aux collèges, qui représentent 65 % du PIB du secteur (65 milliards de dollars). L’activité économique du secteur à but non lucratif « de base » (qui exclut les hôpitaux, les universités et les collèges) s’élève à 36 milliards de dollars. Statistique Canada observe que le PIB du secteur à but non lucratif est de 20 % supérieur à celui « de l’ensemble de l’industrie de l’hébergement et des services de restauration, plus de 2,5 fois [celui] de l’agriculture et près de 6 fois plus [élevé] que [celui] de l’industrie de la fabrication de véhicules automobiles. »

Les organismes sans but lucratif dans le domaine de la culture et des loisirs (ce qui inclut les arts, la culture, les loisirs et les sports) avaient un PIB de 4,0 milliards de dollars, soit 4 % du PIB du secteur sans but lucratif. (La mesure de l’activité économique dans ce rapport diffère considérablement de la méthodologie utilisée dans les estimations de l’impact économique du secteur culturel. Il y a de nombreuses différences, y compris la portée des organismes inclus, l’exclusion des secteurs culturels à but lucratif et l’absence d’estimations de l’impact indirect ou induit.)

Entre 1997 et 2007, le PIB des organismes sans but lucratif de culture et de loisirs a progressé d’une moyenne annuelle de 6,2 %, ce qui est légèrement supérieur à la croissance globale de l’économie canadienne au cours de cette période (5,8 %). Au cours de cette même période, l’augmentation moyenne annuelle du PIB des hôpitaux, des universités et des collèges a été de 6,0 %.

Les organismes sans but lucratif autres que les hôpitaux, les universités et les collèges consacrent beaucoup d’efforts à générer des revenus de sources non gouvernementales : 80 % de leurs revenus proviennent de ces sources. En guise de comparaison, les hôpitaux, les universités et les collèges tirent 26 % de l’ensemble de leurs revenus des sources non gouvernementales. Plus de 80 % de tous les transferts gouvernementaux au secteur sans but lucratif vont aux hôpitaux, aux universités et aux collèges.

Les revenus des organismes culturels et récréatifs sans but lucratif totalisent 11,4 milliards de dollars, soit 6,7 % des revenus du secteur sans but lucratif. Le rapport ne propose pas de ventilation des revenus par source pour les organismes culturels et récréatifs.

Cette information (de 2007) a été compilée avant la dernière récession au Canada. Une nouvelle ressource d’Imagine Canada, Enquête sectorielle, propose des informations sur l’état des organismes de bienfaisance en se basant sur un sondage des leaders de ces organismes. Le premier rapport de l’Enquête sectorielle, qui avait examiné les effets du ralentissement économique sur ces organismes, avait constaté que de nombreux organismes de bienfaisance avaient de la difficulté à mener à bien leur mission. De fait, un organisme de bienfaisance sur huit est décrit comme subissant « une forte pression ». Parmi tous les organismes de bienfaisance, les mesures les plus courantes pour faire face au ralentissement sont des tentatives d’accroître les revenus de sources existantes ou de nouvelles sources, de réduire les frais généraux et de faire davantage appel aux services des bénévoles.

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date