In Uncategorised

Flots de travail et flexécurité

La main-d'œuvre culturelle au Canada à l'ère de l'économie de la création

décembre 6, 20106 décembre 2010

la publication
Situation des artistes

Lien d'article
http://www.ccarts.ca/fr/advocacy/publications/

Complément d’un rapport sur un encadrement politique possible de la main-d’œuvre créative (De l’économie à l’écologie), ce rapport croit que « la clé permettant de promouvoir ce secteur… est un cadre qui contient des règles régissant les procédés de création et qui offre une protection sociale, ainsi qu’une sécurité d’emploi et du revenu à la main-d’œuvre culturelle. »

Reconnaissant que « les artistes et les travailleurs de la création composent avec les flots de travail, les interruptions, les contrats à temps partiel, les transitions et le bénévolat » (qui affaiblissent tous la sécurité du revenu), le rapport explore « de nouveaux projets de sécurité du revenu pour une main-d’œuvre flexible, une ressource en pleine croissance dans notre nouvelle économie ».

Un examen des politiques internationales pour promouvoir le secteur de la création a révélé quatre types d’initiatives : l’éducation et la formation ; les prix et les compétitions ; le soutien des entreprises ; et les politiques fiscales et de sécurité sociale. Les auteurs constatent de nombreux problèmes avec ces initiatives, y compris que « le point de vue du secteur culturel en tant que nouveau moteur de croissance économique est limité », « les mesures politiques sont dans l’ensemble mal coordonnées, sélectives et elles n’appartiennent pas à un cadre plus grand », et l’emphase sur les « mesures à court terme pour la formation et le soutien commercial/entrepreneurial ».

Les deux auteures maintiennent que «la sécurité sociale et la sécurité du revenu de la main-d’œuvre culturelle aux prises avec des emplois souvent précaires, et organisée de manière non officielle, sont sous-développées. » Le rapport préconise la notion de « flexécurité », qu’il définit comme « la sécurité du revenu pour les travailleurs autonomes et à temps partiel ».

Le cadre stratégique préconisé par le rapport repose sur des principes universels pour guider l’élaboration des politiques, la coordination de l’élaboration de politiques pour la main-d’œuvre culturelle parmi les différents services sociaux, culturels et économiques, ainsi que l’élaboration de stratégies politiques pour la main-d’œuvre culturelle. Le rapport décrit quatre grands types de stratégie politique : 1) des « politiques adaptées aux sous-secteurs de la création »; 2) « une approche sectorielle ou unique des circonstances sur l’élaboration de politiques »; 3) une approche de l’économie de création visant la valeur économique de la culture ; et 4) « la classification des travailleurs de la création en un groupe de travailleurs vulnérables ou précaires parmi les autres ».

Parmi les mesures politiques possibles pour soutenir la main-d’œuvre culturelle, le rapport mentionne l’indemnisation des accidents de travail chez les artistes ; l’obligation pour les producteurs de contribuer au financement de la formation des artistes qui sont travailleurs autonomes et qui sont à leur service ; l’assurance-emploi pour les travailleurs autonomes ; et « l’établissement d’une « banque d’avantages sociaux » publique ou privée » qui verserait des avantages sociaux sur la base du nombre total d’heures travaillées dans le secteur de la création, sans égard à des contrats spécifiques.

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date