In Uncategorised

L’adaptation créative : les carrières hybrides des artistes de l’Île-du-Prince-Édouard

(Creative Adaptation: Hybrid Careers of Prince Edward Island Artists)

décembre 6, 20106 décembre 2010

la publication
Situation des artistes

Lien d'article
https://drive.google.com/file/d/0B3Hn3A9D2E3qNFJSMHdPeU5DdG8/view

Reconnaissant qu’il y a un manque « d’information et d’études spécifiques sur les artistes qui ont plusieurs emplois », ce rapport explore les différents types d’engagements que les artistes ont dans le secteur culturel ainsi que la relation entre le travail artistique et l’autre travail rémunéré. Le but du rapport est de fournir aux artistes des renseignements pratiques qui les aideront dans leur cheminement professionnel et la gestion de leur carrière complexe.

Le rapport est basé sur deux séances de groupes de discussions et plusieurs entretiens personnels avec des artistes de l’Île-du-Prince-Édouard. Le rapport maintient que « la façon dont les artistes vivent dans cette province est une leçon en adaptation créative » et que « les artistes peuvent être perçus comme un modèle de la situation des travailleurs en portefeuilles qui créent leur propre emploi et contribuent à l’économie de nombreuses façons. » Avoir plusieurs emplois est une nécessité économique pour de nombreux artistes : le rapport indique que les artistes sont souvent « obligés de poursuivre des carrières hybrides afin d’atteindre des objectifs élémentaires de vie souvent pris pour acquis par les autres travailleurs. »

Le rapport signale plusieurs conclusions pertinentes d’autres études :

  • Le Projet de recherche sur les artistes âgés (PRAA) a constaté que 52 % des artistes canadiens de 55 ans et plus font du travail rémunéré en plus de leur art. Ce nombre comprend les 14 % d’artistes âgés qui ont plus d’un emploi.
  • Un rapport australien (intitulé Lâche pas ta job (Don’t give up your day job)) a constaté qu’« environ deux tiers des artistes professionnels de l’Australie ont plus d’un emploi ».
  • Le PRAA a constaté que le revenu médian que les artistes âgés tirent de leur art n’est que de 7000 $. Les autres sources de revenus contribuent à faire augmenter le revenu médian personnel à 30 000 $.
  • Le rapport australien constate ce même état de fait, le revenu médian de création étant de 7300 $ (australiens), les autres sources de revenus faisant passer le revenu personnel à 30 000 $ (australiens).
  • Une étude canadienne d’artistes visuels (Waging Culture) a constaté qu’en 2007, « après avoir tenu compte des dépenses courantes de sa pratique, l’artiste typique perd 556 $ sur sa pratique de studio ». Les autres sources de revenus ont fait passer le revenu médian à 20 000 $.
  • En ce qui a trait aux sources principales de revenus, l’étude sur les artistes âgés a constaté que les emplois secondaires sont aussi importants que le travail artistique pour les artistes de 55 ans et plus.
  • L’étude sur les artistes visuels (Waging Culture) a examiné les heures consacrées par les artistes à diverses activités. Parmi les 51 heures travaillées par semaine (en moyenne), 26 heures sont consacrées au travail en studio, 15 à un travail qui se rapporte aux arts, 8 à un autre emploi et 3 à du bénévolat se rapportant aux arts.

Devant ce jonglage de chapeaux, il n’est pas surprenant que le rapport de l’Île-du-Prince-Édouardtrouve que la gestion du temps est une compétence essentielle des artistes aux prises avec deux carrières. Trouver un employeur « secondaire » raisonnable et accommodant est important. Bien qu’il y ait de nombreux défis à gérer dans une carrière hybride, le rapport indique que certains artistes trouvent que leurs différentes activités sont synergétiques : « Dans certains cas, l’emploi secondaire peut apporter de l’énergie, un regard différent ou de nouvelles compétences à la pratique artistique. »

Le rapport signale certains avantages et inconvénients possibles des deux scénarios, tout en conseillant fortement aux artistes de bien y penser avant de poursuivre des emplois secondaires dans des domaines connexes ou non à leurs pratiques.

Le rapport maintient que les artistes font une contribution importante à la société par leurs pratiques artistiques et leurs autres travaux. Les artistes peuvent apporter à leurs emplois secondaires « la créativité, le sens de l’innovation, une force psychologique pour résister aux refus, la discipline de la pratique, des compétences de recherche, une dextérité, [et] une bonne forme physique ».

Bien que de nombreux artistes soient obligés d’avoir plusieurs emplois, le rapport indique que « la plupart des artistes rencontrés pour cette étude étaient fermement d’avis qu’ils préféreraient travailler à temps plein à leurs pratiques plutôt que d’avoir à se disperser en travaillant à des emplois rémunérés. »

Le rapport signale cinq actions qui peuvent améliorer la situation des artistes qui poursuivent des carrières hybrides : 1) « faire connaître la notion de carrière hybride »; 2) informer les employeurs au sujet des avantages possibles de l’embauche d’artistes et de la souplesse que cela peut exiger ; 3) offrir plus de « formation sur les compétences en affaires aux artistes » ; 4) former plus de gérants et de représentants d’artistes ; et 5) assurer que les artistes sont plus conscients des nouvelles possibilités que les travailleurs autonomes ont de participer au volet de « prestations spéciales » de l’assurance-emploi (c’est-à-dire, « pour congés de maternité, parental, de maladie et de soignant »).

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date