In Uncategorised

Les arts et la qualité de vie : attitudes des Ontariens

mars 7, 20117 mars 2011

la publication
Impact social des arts

Lien d'article
http://www.arts.on.ca/Page3996.aspx

Basé sur un sondage téléphonique de 1 000 adultes de l’Ontario, ce rapport examine les perceptions du public entourant la valeur et les avantages des arts et propose des comparaisons à une enquête semblable réalisée en 1994.

Les résultats du sondage indiquent que lorsqu’on leur demande de définir « les arts », une majorité d’Ontariens pensent à la musique et aux concerts ainsi qu’aux pièces et au théâtre. Puis, ils voient les arts visuels (peinture, sculpture, etc.), les musées, les galeries et les expositions, ainsi que la danse ou le ballet. Seulement 6 % des Ontariens associent les arts à la littérature, à l’écriture ou aux livres, soit le même pourcentage que le cinéma.

Lorsqu’on leur demande si les activités artistiques contribuent à l’enrichissement de la qualité de vie collective, 64 % des adultes de l’Ontario le croient fortement et 31 % y croient assez. Lorsqu’on leur demande si les activités artistiques enrichissent leur qualité de vie individuelle, une proportion moindre (43 %) estime que les arts sont « très importants » et 38 % qu’ils sont « assez importants ».

Une autre question portait sur le principal bénéficiaire des arts, la collectivité au complet ou les gens qui assistent aux activités artistiques. Environ deux tiers des Ontariens (64 %) sont d’avis que c’est la collectivité qui bénéficie surtout des arts.

Les avantages personnels que l’on attribue souvent à l’assistance ou à la participation à des activités artistiques comprennent « le divertissement ou le plaisir » (réponse non sollicitée de 36 % des répondants) et l’apprentissage ou la découverte de quelque chose de nouveau (22 %), tandis que 19 % des répondants ne savent pas ou n’ont aucune opinion. Entre 11 et 16 % des Ontariens mentionnent trois autres avantages : stimulation affective, spirituelle ou intellectuelle (16 %) ; exposition à des cultures différentes (14 %) ; et possibilité de rencontrer des amis (11 %).

Le sondage révèle également les attitudes suivantes des adultes de l’Ontario :

  • 64 % des Ontariens sont tout à fait d’accord et 31 % plutôt d’accord que « la réussite de chanteurs, écrivains, acteurs et peintres canadiens suscite un sentiment de fierté pour les réalisations canadiennes ».
  • 57 % sont tout à fait d’accord et 32 % plutôt d’accord que « leur collectivité perdrait quelque chose de valeur si les activités artistiques en venaient à disparaître ».
  • 57 % ne sont pas du tout d’accord et 20 % plutôt pas d’accord avec l’affirmation que les activités artistiques font peu ou ne font rien pour le bien-être d’une collectivité.
  • 51 % pensent que les équipements artistiques sont « très importants » et 40 % qu’ils sont « assez importants » à la qualité de vie de leur collectivité, peu importe qu’ils les utilisent ou non régulièrement à titre personnel.
  • 38 % sont tout à fait d’accord et 43 % assez d’accord avec l’affirmation que « le gouvernement devrait consacrer des fonds publics au soutien des arts ».
  • Les arts manqueraient « beaucoup » à 34 % et « assez » à 39 % des gens s’il n’y en avait pas dans leur collectivité.
  • 33 % des répondants avaient participé souvent à des activités artistiques au cours de leur enfance et 31 % avaient participé parfois « à des activités artistiques dans l’enfance, soit en allant voir des pièces de théâtre, visiter des galeries d’art ou assister à des concerts, soit en s’adonnant à une activité artistique (faire du théâtre, chanter, jouer d’un instrument, par exemple) ».
  • 29 % avaient participé « souvent » et 40 % « parfois » à des activités artistiques au cours des deux années avant le sondage.

Les corrélations démographiques d’un nombre de questions démontrent que le soutien pour les arts est plus élevé chez les femmes, les personnes qui ont fait des études universitaires, les gens qui habitent dans de grandes villes, celles qui ont eu des expériences artistiques dans leur enfance et celles qui s’adonnent à l’âge adulte à des activités artistiques.

Plus de gens ont donné la réponse la plus forte pour plusieurs indicateurs entre 1994 et 2010, notamment les suivants :

  • La perception que les arts sont « très importants » pour la qualité de vie individuelle des répondants (augmentation de 6 %).
  • L’affirmation que les activités artistiques aident à enrichir notre qualité de vie (augmentation de 6 %).
  • La perception que les arts manqueraient « beaucoup » aux répondants s’il n’y en avait pas dans leur collectivité (augmentation de 6 %).
  • La croyance que les installations pour les arts sont « très importantes » pour la qualité de vie de la collectivité (augmentation de 5 %).

Bien que de nombreux résultats aient été assez positifs, on n’accorde pas autant d’importance aux arts dans la qualité de vie locale qu’à d’autres équipements collectifs. « Un coup d’œil sur l’ensemble des réponses révèle que l’importance attribuée aux installations pour les arts (91 %) est comparable à celle des transports en commun (91 %) pour la qualité de vie de la collectivité, mais inférieure à celle des parcs et espaces verts (99 %) et des installations sportives et récréatives (97 %). » Toutefois, les installations pour les arts recueillent moins de réponses « très important » que les trois autres types d’équipements collectifs.

En examinant les réponses à diverses questions du sondage, on ne peut que conclure qu’environ un Ontarien sur cinq n’attache aucune valeur aux arts. Environ 20 % des Ontariens ont indiqué que :

  • les arts ne sont « pas très » ou « pas du tout » importants à leur qualité de vie ;
  • les arts n’apportent que peu ou rien à leur collectivité ;
  • les arts ne leur manquerait « presque pas » ou « pas du tout » s’il n’y en avait pas dans leur collectivité ;
  • ils ne savent pas ou n’ont aucune opinion au sujet des avantages d’assister ou de participer à des activités artistiques ; et
  • ils sont « plutôt pas » ou « pas du tout » d’accord avec le financement public des arts.

Le rapport ne précise pas les caractéristiques démographiques spécifiques du groupe d’Ontariens qui ne croient pas dans la valeur des arts, préférant se consacrer à l’examen des gens qui y croient.


Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date