In Uncategorised

Analyse des données financières et de l’assistance de 50 orchestres canadiens entre 2004-2005 et 2011-2012

juillet 24, 201324 juillet 2013

la publication
Le point sur trois disciplines artistiques –danse, orchestres, documentaires

Lien d'article
http://www.orchestrescanada.org/resource/analyse-orchestres-canadiens-2004-2005-et-2011-2012/

Basé sur les données de 50 membres d’Orchestres Canada, ce rapport jette un éclairage sur l’évolution de la situation des orchestres entre 2004-2005 et 2011-2012, y compris sur leurs revenus, dépenses, excédents, concerts et assistance. Toutes les données du rapport ont été corrigées pour l’inflation.

Bien que le total des revenus et des dépenses ait augmenté (de 13 % et 12 % respectivement), le rapport constate que « la composition générale des revenus des 50 orchestres n’a pas changé entre 2004-2005 et 2011-2012. Les trois principales sources de revenus représentent le même pourcentage du total au cours des deux années : 38 % pour les revenus gagnés; 33 % pour les revenus du secteur public; et 29 % pour les revenus du secteur privé ». Une analyse plus approfondie des sources de revenus révèle que « les collectes de fonds auprès des particuliers sont devenues un élément important des revenus des orchestres (augmentation de 41 % entre 2004-2005 et 2011-2012) ».

Le rapport décompose la plage d’années à l’étude en deux périodes distinctes. Entre 2004-2005 et 2008-2009, le total des revenus a beaucoup augmenté (de 18 %) avant de reculer de 4 % entre 2008-2009 et 2011-2012. Cette tendance des deux périodes – où les revenus augmentent dans un premier temps avant de baisser – s’est reproduite pour les trois grandes sources de revenus (secteurs public et privé, revenus gagnés).

De 2004 à 2012, les augmentations des revenus de fonctionnement étaient assez répandues, 66 % des orchestres ayant connu une augmentation corrigée pour l’inflation. Comme l’observe le rapport, « on constate ici aussi deux périodes distinctes dans les données. Entre 2004-2005 et 2008-2009, 74 % des orchestres ont eu une augmentation réelle de leurs revenus, ce qui ne fut le cas que de 46 % des orchestres entre 2008-2009 et 2011-2012. »

Sur une base régionale, le rapport constate que des orchestres des cinq régions du pays (Colombie-Britannique, Prairies, Ontario, Québec et les provinces de l’Atlantique) ont connu une augmentation réelle de leurs revenus, mais les taux de croissance varient, les orchestres de l’Atlantique déclarant la plus forte croissance de leurs revenus (27 %). Plus de la moitié des orchestres de toutes les régions ont enregistré une croissance corrigée pour l’inflation de leurs revenus entre 2004-2005 et 2011-2012. Les principaux facteurs à l’origine de cette croissance varient selon les régions.

Le déficit collectif cumulatif de 12,5 % des revenus de fonctionnement en 2004-2005 est passé à 8,9 % des revenus en 2011-2012. Le déficit annuel était semblable en 2004-2005 (1,9 % des revenus) qu’en 2011-2012 (1,5 % des revenus). Comme l’observe le rapport, « ce sont les deux pires années déficitaires au cours de la période visée par cette étude ».

Entre 2004-2005 et 2011-2012, l’assistance totale et le nombre de concerts ont augmenté (de 10 % et 17 % respectivement). Lorsque l’on compare l’évolution des revenus et des dépenses au nombre de concerts, on constate qu’« il y a eu des diminutions relativement petites de presque toutes les données sur les revenus et les dépenses par concert ». Comparé à la croissance de l’assistance, « il y a eu très peu de changements ou une très petite augmentation des données sur les revenus et les dépenses par spectateur ». La valeur des fonds de dotation a augmenté, passant de 56 % du total des revenus des 50 orchestres en 2004-2005 à 86 % de ce total en 2011-2012. Le nombre d’orchestres ayant un fonds de dotation est aussi à la hausse : 28 orchestres en avaient un en 2004-2005, et 33 en 2001-2012.

Le rapport fournit également une analyse des changements selon la taille de l’orchestre et des collectivités. Bien qu’il y ait eu « beaucoup de variation dans les changements du total des revenus selon les tailles des orchestres », l’analyse ne révèle pas de tendances générales à cet égard. En ce qui concerne la taille de la collectivité, les données du rapport indiquent que les orchestres dans les grandes collectivités ont tendance à mieux tirer leur épingle du jeu au fil des années que celles dans les régions moins populeuses.

 

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date