In Uncategorised

Étude cartographique de la danse au Canada : Examen de la documentation

juillet 24, 201324 juillet 2013

la publication
Le point sur trois disciplines artistiques –danse, orchestres, documentaires

Lien d'article
https://conseildesarts.ca/recherche/repertoire-des-recherches/2013/04/etude-cartographique-de-la-danse-au-canada

Un volet de l’Étude cartographique de la danse au Canada – une recherche plus exhaustive sur la présence et la situation de la danse au Canada –, cette analyse documentaire examine plusieurs enquêtes et rapports sur la situation de la danse au Canada, y compris les secteurs de la danse professionnelle, non professionnelle et sociale. Le rapport recense également les lacunes dans les études sur la danse. De fait, le rapport affirme qu’il y a un « manque de littérature et de documentation permettant de saisir l’ensemble de la portée de la danse ». Il observe notamment qu’il y a très peu de documentation actuelle sur le secteur de la danse non professionnelle.

L’analyse documentaire est structurée autour de six grands thèmes : politiques, économie, écologie, aspects sociaux, technologies numériques et expression artistique de la danse. Sur le plan des politiques, le rapport décrit les orientations des politiques culturelles des paliers fédéral et provinciaux, y compris les lois sur le droit d’auteur, l’impact des technologies numériques, « la rationalisation de l’aide financière », l’importance de la qualité de vie, l’éducation artistique, le perfectionnement professionnel et « l’importance des marchés étrangers pour les artistes et les organismes artistiques ». L’analyse documentaire note également qu’il y a un « manque historique d’accès aux programmes par les artistes de cultures diverses ».

En ce qui a trait à la situation économique de la danse, le rapport indique qu’il y a eu « mondialisation de l’économie de la danse ». Au Canada, « il n’existe aucune étude particulière qui analyse la contribution du milieu de la danse à l’économie créative et générale ». Le rapport attire l’attention sur « la stagnation du financement public accordé au secteur de la danse professionnelle » du fait que « le nombre de compagnies financées [par les bailleurs de fonds publics] a doublé ». L’analyse documentaire note que malgré les augmentations des fonds gagnés et du soutien du secteur public, la situation a mené à un manque de stabilité, les compagnies de danse éprouvant de la difficulté « à planifier, à préserver la qualité, et à attirer et maintenir en poste des employés talentueux ».

L’écologie de la danse comporte plus de 100 compagnies professionnelles au Canada, bien que ce nombre exclue « un grand nombre de compagnies émergentes et de “micro-compagnies” » ainsi que certains nouveaux styles de danse et quelques compagnies qui expriment des cultures diverses et autochtones. On estime qu’il y a plus de 7 300 danseurs professionnels et qu’ils ont, en moyenne, plus de huit années de formation professionnelle. Malgré ce niveau de formation, les danseurs ont typiquement « de très bas salaires » car ils sont « des travailleurs essentiellement contractuels ou autonomes ». L’analyse documentaire note que les infrastructures de la danse (qu’il définit comme les installations physiques, le personnel et les systèmes à l’appui de la pratique de la danse professionnelle) « sont les moins développé[e]s de tous les arts de la scène ».

Selon l’étude, les aspects sociaux de la danse ne sont pas très bien documentés, bien que « les Canadiens semblent bénéficier de nombreuses occasions de prendre part à la danse dans un contexte social », y compris la possibilité de suivre des cours de danse, d’assister à des spectacles de danse et de participer à des concours de danse. La danse autochtone fait exception à cet égard, un rapport sur cette question faisant état « d’un grand nombre de groupes de danse et d’une importante participation aux pow-wow et dans les écoles ».

Selon l’analyse documentaire, « les nouvelles technologies numériques ont clairement eu un impact considérable sur la danse au Canada », de nombreux artistes intégrant des vidéos et des animations dans les créations. En général, « les artistes de la danse canadiens sont considérés comme des pionniers en matière de développement et d’intégration d’applications interactives informatiques dans les créations de danse ». Le public s’intéresse à la danse par le biais des concours de danse à la télévision ainsi que par la diffusion numérique des vidéos de danse.

Quant à l’expression artistique, le rapport cite une vaste gamme de pratiques de danse au Canada, mais selon les études analysées dans le rapport, « les ressources pour soutenir l’innovation au bénéfice des publics canadiens et internationaux seraient insuffisantes ». Parmi les principaux facteurs dans le développement de la danse, le rapport énumère les possibilités de « prendre des risques et [de] bénéficier d’occasions de renouvellement créatif », le discours critique, l’accès aux marchés étrangers, « des possibilités de tournées et d’échanges culturels » ainsi qu’une intégration accrue des technologies numériques dans la danse.

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date