In Uncategorised

Utilisations des données sur la participation aux arts

Compte rendu du symposium Measuring Cultural Engagement amid Confounding Variables

juillet 30, 201430 juillet 2014

la publication
Numéro spécial : Participation aux arts et engagement du public

Lien d'article
http://www.ahrc.ac.uk/Funded-Research/Funded-themes-and-programmes/Cultural-Value-Project/Pages/News-and-Events.aspx

Qui utilise les données sur la participation aux arts ? Sont-elles utilisées par les organismes artistiques pour améliorer leurs rapports avec leurs publics ? Quelle connexion y a-t-il entre ces données et les politiques sur les arts ?

Un conférencier a maintenu que de nombreux artistes et administrateurs du secteur des arts avaient une soif pour comprendre le monde dans lequel ils vivent, notamment les tendances à l’origine de la demande pour les arts. Certains ont observé que les administrateurs utiliseraient à meilleur escient les résultats s’ils participaient à la conception des sondages.

La diffusion des données, la capacité de les comprendre et leur « mise en œuvre » sont les véritables enjeux. On pourrait améliorer la conception des études et l’analyse des résultats si l’on comprenait mieux comment utiliser les données sur la participation pour améliorer les pratiques administratives dans le secteur des arts. Les participants ont appris que le projet Arts Data Impact au Royaume-Uni a placé un « spécialiste résident des données sur les arts » dans de grandes institutions culturelles afin d’assurer une meilleure diffusion et utilisation des données. Bref, les participants au symposium ont remarqué qu’il y avait nécessité de rapprocher la conceptualisation et l’analyse des enquêtes de l’environnement de travail des artistes.

Les motivations (ou leur absence) sont une composante importante des études de la participation aux arts. Les chercheurs et administrateurs du secteur des arts ont un réel désir de mieux comprendre pourquoi on fréquente les arts et pourquoi on crée des œuvres d’art. Un intervenant a observé qu’on cherche toujours à construire son identité individuelle et que les arts et la créativité jouent un rôle fondamental dans la compréhension de soi. Certains intervenants ont maintenu que les études qualitatives étaient plus aptes à révéler les motifs entourant la participation aux arts que les études quantitatives.

Cela étant dit, il y a lieu de distinguer entre les utilisations des données à des fins de marketing et celles servant aux analyses indépendantes (c’est-à-dire, celles sans une « orientation » marketing). Ces deux types d’analyse ont leur importance.

La prise de décisions fondées sur des données est aussi importante. Ce qui n’a pas empêché un conférencier de comparer la collecte de données au pilotage par rétroviseur. « Le pilote qui conduit les yeux rivés sur son rétroviseur connaît rapidement une fin tragique. » Dans certains pays, il semblerait que des intérêts politiques seraient à l’origine de la contestation de la valeur des données et des études.

L’évolution des réalités et des questions des sondages peuvent être à l’origine de tensions dans les milieux des arts, si certains domaines des arts sont avantagés au détriment des autres.

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date