In Uncategorised

Premiers à fermer, derniers à ouvrir

Les répercussions de la COVID-19 sur les arts et la culture au Manitoba

janvier 13, 202113 janvier 2021

la publication
Les impacts de la pandémie de COVID-19 sur le secteur artistique
éditeur

Conseil des arts du Manitoba

Lien d'article
https://conseildesarts.mb.ca/2020/10/premiers-a-fermer-derniers-a-ouvrir-les-repercussions-de-la-covid-19-sur-les-arts-et-la-culture-au-manitoba/

Cette enquête, qui a reçu 485 réponses du Manitoba en mai 2020, examine les répercussions financières de la pandémie de COVID-19 sur les particuliers (70 % des répondants) et les organismes (30 %) actifs dans le secteur des arts et de la culture. Comme c’est le cas pour toute enquête où les personnes choisissent elles-mêmes de répondre ou non, il n’est pas certain que les réponses fournissent un échantillon représentatif des artistes et des organismes culturels du Manitoba.

Les répondants représentent un éventail de domaines de pratique, les arts visuels, la musique et le cinéma/la vidéo étant les plus communs. Le groupe de répondants a été constitué à partir de la clientèle du Conseil des arts du Manitoba, à laquelle s’est ajouté un travail de communication « avec des organismes de tout le secteur ».

Les artistes et les organismes culturels ont tous deux subi une diminution de 48 % au niveau de leur revenu général de janvier à avril. Au moment du sondage, les pertes de revenu prévues pour la période de mai à août étaient de 69 % pour les particuliers et de 73 % pour les organismes. Du côté des dépenses, les organismes s’attendaient à une diminution de 74 % au niveau des honoraires payés et de 51 % au niveau des salaires payés de mai à août.

Exactement la moitié des organismes sondés ont indiqué ne pas avoir été admissibles à la Subvention salariale d’urgence du Canada (au moment de l’enquête). Par ailleurs, 23 % des organismes sondés avaient fait une demande de subvention salariale. De même, alors que 35 % des artistes individuels sondés avaient bénéficié de la Prestation canadienne d’urgence (PCU), une proportion équivalente (35 %) des artistes individuels ont indiqué ne pas avoir été admissibles à cette subvention.

Le rapport conclut que « le taux comparativement élevé de travail à la pige dans le secteur et la nature saisonnière de l’activité économique (l’été étant généralement le temps de l’année où les revenus sont les plus élevés) ont aggravé les répercussions de la COVID-19. De plus, une bonne partie du secteur compte sur les rassemblements publics, qui sont parmi les premiers à fermer et les derniers à ouvrir ».

Nouvelles ressources
catégories
Ressources par date